Révolutions montagnardes ?

Mon travail de doctorat porte entre autres sur la notion de « révolution montagnarde ». Il s’agit de proposer un modèle de diffusion des idées révolutionnaires différent de celui des « révolutions atlantiques » imaginé en son temps par l’historien Jacques Godechot. Ce modèle a pour point de départ la filiation entre les mouvements révolutionnaires genevois de la fin du XVIIIe siècle et les premiers pas de la révolution française en Dauphiné.

De fait, le « modèle montagnard » est très largement inspiré des républiques helvétiques de la fin du XVIIIe siècle. Il associe étroitement le souci d’indépendance locale à un « libéralisme économique bien tempéré ».

Il se distingue en cela du modèle des « révolutions atlantiques » qui ne possède pas d’après nous la même dimension sociale et qui a partie liée avec le triomphe du « négoce ».

Le « modèle montagnard » sert d’après nous de matrice méconnue au fédéralisme politique en France durant les premières années de la révolution. Ce n’est donc pas sans paradoxe ni reniement que les partisans de la centralisation républicaine porteront en France le nom de « Montagnard » à partir de 1793.

De manière plus générale, notre doctorat a pour objectif de proposer une archéohistoire de la démocratie locale organisée autour de la question de la participation populaire directe.

Nous espérons pouvoir partager bientôt avec vous une réflexion plus approfondie sur ce sujet par le biais d’un article scientifique qui pourrait paraître dans une revue scientifique cisalpine. A plus tard sur les sentiers de la connaissance !

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search