Pour une “écologie morale de la foule” !

L’expression n’a jamais été employée jusqu’ici par aucun historien à notre connaissance. Elle nous semble pourtant intéressante à introduire dans le débat historiographique contemporain tant elle renvoie à une question devenue lancinante : celle de la participation du peuple aux débats sur les équilibres entre société et environnement.

Sa référence implicite est le grand historien britannique Edward Palmer Thompson qui introduisit dès 1971 la formule d’économie morale de la foule définie comme « une vision traditionnelle des normes et des obligations sociales, des fonctions économiques appropriées par les diverses parties de la communauté – ce qui, pris ensemble, peut être considéré comme constituant l’économie morale des pauvres. » En d’autres termes, certains comportements populaires qui avaient été classés jusque là par certains historiens dans le registre de l’émotion apolitique correspondaient en réalité à une forme de rationalité collective méconnue.

La réflexion de Thompson mettait-elle de côté la question de l’environnement ? Le prétendre relèverait de la méconnaissance de son oeuvre sinon de la forfaiture intellectuelle. La traduction d’un extrait important de l’ouvrage intitulé Whigs and Hunters, The Origin of the Black Act dès 2014 sous le titre La guerre des forêts nous démontre le contraire. Cette préoccupation écologique première a par ailleurs fait souche chez son élève et continuateur Peter Linebaugh dans un livre magistral intitulé The Magna Carta Manifesto (2008). Une traduction française de ce dernier par Christophe Jaquet devrait paraître en début d’année prochaine aux éditions CLM accompagnée d’une excellente préface de l’historien Mathieu Ferradou.

Pourquoi dès lors proposer une formule concurrente à celle déjà existante d’économie morale de la foule ?

Cela est nécessaire d’après nous car l’économie ne se confond pas avec l’écologie. L’écologie est un discours en vertu duquel les relations entre société et nature sont contingentes. Elles ne sont fixées ni par une religion ni par une science confondue avec un art. L’écologie est donc par essence culturelle et politique car tout y est choix et non point détermination. L’économie au sens donné à ce terme depuis Quesnay est dès lors un cas limite. Elle entre dans le champ de l’écologie en ce sens qu’elle est toujours un discours et une pratique de la nature comme l’ont bien montré les travaux de Jean-Luc Chappey, Julien Vincent et Laurent Brassart sur le Directoire. Cependant, son caractère normatif (-nomie) lui fait perdre la dimension critique (-logie) et a priori anti-technocratique du discours écologique.

En effet, l’écologie réside avant tout dans la déconstruction des discours économiques sur la nature et plus généralement de tout discours à ce sujet. En partenariat avec l’éthologie, elle nous invite à considérer que la culture n’est peut-être pas le propre de l’homme.

Ecologie morale de la foule donc ! Opposant la poussière au nuage, certains pourraient nous accuser d’anachronisme par l’utilisation d’un terme au sujet d’une époque qui ne l’a pas connu : le siècle des Lumières. Mais l’anachronisme peut aussi être une méthode historiographique assumée comme l’a très justement défendu Sophie Wahnich et comme l’illustrent en la matière les travaux de Pierre Serna sur l’animal en révolution. Le philosophe Serge Audier le rappelle dans un récent ouvrage : la cité idéale des Lumières ne fut pas a priori anti-écologique…

JEAN-LOUP KASTLER, DOCTORANT IHMC-IHRF

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search