Nouvelle Russie : une utopie impériale des Lumières ?

“Les recherches contemporaines sur les utopies ne s’inscrivent-elles pas dans la même orientation sceptique et désanchantée que les anti-utopies actuelles, de Zamiatine et Huxley à Orwell ?” Bronislaw Baczko

Quand les historiens se penchent sur l’histoire russe de l’utopie, ils l’identifient souvent à la Révolution d’Octobre et aux désillusions qu’elle a suscitées dont Nous autres (1920) de Zamiatine est une des occurrences les plus célèbres.

Pourtant, l’utopie a une histoire bien plus longue et ambivalente au sein de la civilisation russe comme l’ont souligné Michel Niqueux et Leonid Keller mais aussi Georges Nivat.

C’est ce que montre l’exemple du territoire qui prit le nom de “Nouvelle Russie” à partir de 1787. Il correspondait à l’espace occupé par le Khanat de Crimée progressivement conquis sur l’empire Ottoman par la Russie à partir du traité de Kutchuk-Kaïnardji (1774).

Cette conquête fut l’œuvre du célèbre général Potemkine. Il voulut en faire une vitrine de la Russie des Lumières imaginée par Catherine II en construisant un chapelet de cités idéales le long du Dniepr et sur les rives de la Mer noire. C’est ainsi que sortirent de terre à partir de 1776 Ekaterinoslav (Gloire de Catherine), Kherson, Marioupol, Sebastopol, Simferopol, Nikolaev et enfin Odessa. Ces cités-forteresses comprenaient de nombreux lieux de savoir et de divertissement et appliquaient les principes de tolérance religieuse dont l’impératrice avait fait l’éloge dans son célèbre Nakaz (1767).

La visite de la Nouvelle Russie par Catherine II en 1787 donna lieu à une abondante littérature. Mécontent de ne pas avoir été invité, le ministre de Saxe Georg von Helbig inventa la légende selon laquelle les fondations de Potemkine n’auraient été que des villages de carton. C’est l’origine de l’expression “village Potemkine”.

Pour l’historien, ces événements illustrent parfaitement la relation entre utopie et projet impérial au XVIIIe siècle. L’impérialisme des Lumières hérite en effet de l’histoire de l’occident chrétien qui associe depuis les croisades l’idée de conquête au rêve de la cité idéale qu’est Jérusalem.

Néanmoins, ce qui caractérise en propre l’âge des Lumières, c’est la dissociation de l’utopie et du projet impérial que nous qualifions de processus de “rapatriement de l’utopie”. C’est ce dont témoigne le projet de Versoix à partir de 1768. Cette cité idéale, imaginée sur les bords du Lac Léman par Voltaire et Choiseul, correspond à un projet de colonisation intérieure du territoire français. Elle constitue le point de départ de notre travail de thèse sur les métamorphose de la cité idéale en pays de Montagne.

En vertu de cette conception nouvelle et éclairée de l’utopie, la Nouvelle Russie ne serait pas à chercher à l’extérieur des frontières de la Russie mais dans sa transformation révolutionnaire qui implique l’abandon de sa dimension impériale.

Mais comment une puissance peut-elle abandonner unilatéralement son rêve impérial si elle n’est pas accompagnée dans ce processus révolutionnaire par toutes les autres ?

C’est la question que devait se poser, plus d’un siècle après la mort de Catherine II, un jeune homme natif de la région de Nikolaev sur les bords du Dniepr : Léon Bronstein dit Trotsky.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search