Montagnes décoloniales ?

A la suite de Raoul Girardet, de nombreux travaux d’historiens ont souligné le lien étroit entre l’histoire de la République française et la colonisation. L’opération fut salutaire et essentielle tant le XIXe siècle a abouti à cette improbable chimère d’une République impériale. Ainsi, les travaux de Carole Reynaud-Paligot sur la République raciale sont précieux pour analyser les différents modes de contagion du républicanisme par le discours raciste sur le temps long. Ceux de Christophe Charle les prolongent en posant la question complexe de l’organisation des sociétés impériales. Ces réflexions sont d’autant plus essentielles qu’elles n’ont pas pour objectif d’instruire un procès à charge contre la culture républicaine et la modernité démocratique.

A contrario, la question des relations entre République et colonisation a pris un tour particulièrement conflictuel aux Etats-Unis comme en France dans le cadre de ce que l’historiographie contemporaine nomme les “études décoloniales”. Deux camps apparemment irréconciliables s’opposent dès lors. L’éloge des vertus civilisatrices d’une colonisation dont on ne voit que “l’aspect positif” sert de repoussoir caricatural à ceux qui souhaitent mettre en accusation l’universalisme démocratique et républicain en tant que particularisme occidental négateur des différences culturelles.

Un tel manichéisme laisse peu de place à la nuance. Il favorise le repli sur soi et la lecture binaire de l’histoire culturelle globale. Il frappe d’anathème la question du métissage et des différentes formes d’hybridation culturelle dont les historiens Léo Elisabeth et Frédéric Régent ont pourtant montré toute l’importance et la complexité en contexte colonial. Il crée enfin un tabou sur les origines “décoloniales” de la pensée républicaine des Lumières dont l’historien Pierre Serna invite à écrire l’histoire.

L’histoire de la “révolution des Montagnes” entre Genève et Grenoble s’inscrit dans cette perspective. Le républicanisme et la modernité démocratique s’exprime en 1789 dans ces confins du royaume de France comme un prolongement des guerres d’indépendance commencées outre-mer. Il est à la fois profondément moderne et résolument décolonial. Doit-on y voir un cas particulier ou l’essence même du républicanisme contemporain ?

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search