Lumières médiévales ?

L’opposition du Moyen Âge et des Lumières est un lieu commun des discours conservateurs produits par les anti-Lumières d’Edmund Burke à Maurice Barrès. La Révolution n’échappe pas à cette analyse. Les mêmes auteurs lui reprochent d’avoir rompu avec le passé médiéval et déraciné les Français de leur province et de leur traditions locales.

Cette représentation de l’histoire de France entre en contradiction avec l’histoire des « révolutions montagnardes » de Genève et de Grenoble à la fin du XVIIIe siècle. En effet, les citoyens de ces deux cités imaginaient poursuivre par leurs combats démocratiques l’histoire de leurs libertés locales commencées au Moyen Âge. Ils ne voyaient par ailleurs aucune contradiction entre la défense de ces libertés et l’organisation d’un régime de participation directe des citoyens à la vie politique.

En d’autres termes, le rapport transpériodique que ces montagnards entretenaient avec leur passé médiéval ne s’inscrivait nullement dans une stratégie de justification et de sacralisation de la démocratie représentative comparable à celle de l’historien orléaniste Augustin Thierry au XIXe siècle. On remarquera d’ailleurs que ce dernier distingue les bonnes révolutions inspirées d’un chartisme hérité du Moyen Âge des mauvaises révolutions inspirées des valeurs démocratiques de l’Antiquité. Comme Benjamin Constant, Augustin Thierry souhaite reléguer Athènes et la démocratie directe dans le passé.

Ces considérations qui jouent un rôle central dans notre travail nous ont amené à organiser une journée d’étude sur le thème “Le Moyen Âge des Lumières : une révolution” en partenariat avec l’historienne Marion Bertholet. Elle aura lieu au mois de novembre 2021 dans le cadre de l’IHMC-IHRF avec l’aide et le soutien de notre directeur de thèse : Pierre Serna.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search