Les révolutions montagnardes et l’Orient à la fin du XVIIIe : vers un nouveau modèle glocal ?

L’efficacité du modèle des “révolutions atlantiques” inventé par Jacques Godechot et Robert Palmer réside dans sa capacité à articuler le local et le global en mettant en évidence les échos et les répliques observables d’une révolution à l’autre au sein d’un même espace d’échanges tant commerciaux que culturels : l’espace atlantique.

Le modèle des “révolutions montagnardes” dont nous essayons de défendre l’intérêt historiographique dans notre thèse peut paraître dans un premier temps plus provincial et moins connecté que son illustre prédécesseur.

Nous avons tenté de démontrer à l’occasion du Congrès international de Poznan 2022 qu’il n’en était rien. Le républicanisme montagnard qui prospère entre Genève et Grenoble à la fin du XVIIIe siècle apparaît certes comme la critique d’un modèle de développement impérial issu de la découverte et du pillage du continent américain. Mais il n’est pas synonyme de refus du commerce ou de l’échange. Il est au contraire le reflet de la reconfiguration des relations commerciales internationales.

Par sa critique du négoce atlantique et de ses acteurs impériaux, le républicanisme montagnard entretient des relations étroites avec la critique du système esclavagiste dont il “s’approprie” le vocabulaire. De fait, ce système craque sous les coups des révoltes noires et métissées du Suriname jusqu’à Saint-Domingue durant les années 1760.

C’est dans ce contexte marqué par la défaite de la Guerre de Sept Ans que le principal ministre de la monarchie française, le Duc de Choiseul, tente de réorienter le projet d’expansion commercial national en direction du monde méditerranéen et de l’Orient. Comme nous l’a fait remarquer l’historien Mike Rapport, le même basculement s’observe pour l’Angleterre quinze ans plus tard au lendemain de la Guerre d’Indépendance.

De là émerge une nouvelle configuration commerciale du monde dont les montagnes laborieuses d’Europe occidentale appuyées sur l’énergie hydraulique pensent pouvoir tirer partie. La France ayant perdu son hégémonie en Inde, les montagnes peuvent en effet espérer jouer un rôle de “consolation industrieuse”.

En un sens, la Révolution française prolonge ce projet de reconfiguration du monde jusqu’à l’échec de l’expédition d’Egypte et l’invasion du corps helvétique par la France en 1798.

  • Quelles mutations subies par les sociétés tant chinoises qu’indiennes à la fin du XVIIIe siècle permettent de comprendre que l’Europe occidentale et la France en particulier aient pu y projeter une partie de leur avenir économique sinon géopolitique ?
  • Quelles fractions de la bourgeoisie furent impliquées dans ce projet de basculement économique d’Ouest en Est avant et pendant la Révolution française ?
  • Comment ce nouveau rêve oriental s’articule à la remise en cause de l’esclavage dont le champ lexical se diffuse dans l’opinion publique de façon accélérée à partir des années 1760 ?
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search