La Montagne et la Commune : la renaissance de l’idéal municipaliste à la fin du XIXe siècle.

La Révolution française fut l’occasion d’une multiplication des expériences démocratiques à l’échelle locale. Elle fut dans son premier geste une révolution municipale en partie inspirée par les mouvements politiques qui bouleversaient alors la cité libre de Genève et le monde helvétique. Cela explique la fascination ressentie par de nombreux révolutionnaires pour l’image de la Montagne présentée à la fois comme un idéal et comme une matrice de la démocratie locale.

Un des objectifs de notre thèse est justement de comprendre comment et dans quelles conditions s’est produit le dialogue à la fois politique et symbolique entre la Révolution française et le monde helvétique. C’est tout le sens de la notion de “révolutions montagnardes” que nous proposons à cette occasion pour décrire les processus politiques qui associent en cette fin de XVIIIe siècle le primat de l’échelle locale à une quête de radicalité démocratique. Il s’agit en un sens de proposer une archéo-histoire du municipalisme.

Pour autant, la quête de démocratie et les dialogues culturels entre France et Suisse ne prennent pas fin avec la Révolution française. Ils se poursuivent tout au long du XIXe siècle et trouvent un nouveau point d’orgue durant ses trente dernières années. Cela s’explique essentiellement par deux facteurs.

L’idéal rousseauiste de la démocratie directe ressurgit en Suisse à partir de Zürich à la fin des années 1860. A l’occasion d’une épidémie de choléra, les habitants du canton prennent conscience de l’indifférence de leurs élites qui décident de les abandonner en fuyant à la campagne. S’en suivent de nombreux débats qui aboutissent à l’adoption d’une nouvelle Constitution en 1869. A la demande du socialiste Karl Bürkli, cette dernière intègre la possibilité d’une véritable initiative populaire dans le domaine législatif.

Deux ans plus tard éclate à Paris le mouvement communard qui défend lui aussi une conception locale et radicale de la démocratie. L’ouvrier typographe Jean Allemane fait partie des révoltés. Il défend ce qu’il appelle la “législation directe” qui plonge pour lui ses racines dans les assemblées primaires de la Constitution de 1793.

Ces deux filiations intellectuelles et politiques semblent bien différentes. Elles se retrouvent pourtant au Congrès de Zürich de la Deuxième internationale socialiste en 1893 pour défendre de conserve une motion en faveur de la “législation directe”. La Suisse vient alors de reconnaître le droit à l’initiative populaire dans sa Constitution fédérale (1891) et la Fédération jurassienne de Bakounine par laquelle sont passés de nombreux anciens communards comme Benoît Malon constitue une sorte de phare pour l’engagement anarcho-syndicaliste. L’association entre radicalité démocratique et pays de montagnes est alors telle qu’il est possible de parler de “second moment montagnard de l’histoire républicaine française”.

Dans les années qui suivent des auteurs aussi différents que le militant socialiste Maurice Charnay ou le juriste Jean Signorel se passionnent pour le référendum législatif. Mais ce second moment montagnard ne survit pas au souvenir de l’aventure boulangiste et de ses dérives plébiscitaires. Une seconde fois, l’identification du combat pour la “législation directe” à la tradition bonapartiste aura permis d’en occulter l’authenticité.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search