Guerre et cité idéale

Le républicanisme montagnard tel qu’il se développe à la fin du XVIIIe siècle dans le quart Sud-Est de la France aborde nécessairement la question de la guerre. De fait, les provinces de montagnes du royaume sont des régions de frontière habituées à la guerre. Le patriotisme y possède ses figures légendaires comme le chevalier Bayard en Dauphiné. Mais les habitants des montagnes s’interrogent dans le même temps sur la place idéale que doit occuper l’armée dans une société libre. Ainsi, Joseph Servan, futur ministre de la guerre de la révolution, publie en 1780 Le Soldat citoyen, ouvrage dans lequel il préconise la conscription universelle dans la perspective d’une guerre avant tout défensive.

Son frère, l’avocat général Michel Servan, est sur ce sujet encore plus radical. Sa pensée relève en un sens de ce que nous qualifierions aujourd’hui d’anti-impérialisme. Servan n’est pas seulement un opposant à l’esclavage. Il est aussi une voix critique à l’égard de la colonisation en générale qu’il perçoit comme un danger pour la liberté et les idées républicaines. Pour Servan, la possibilité d’un régime de liberté n’est pas déterminée par la taille d’un État mais par son rapport à la guerre et donc à l’armée.

Cette lettre inédite de Servan à Roederer au lendemain du plébiscite du 7 février 1800 en témoigne. L’auteur y fait l’éloge paradoxal du Consulat pour mieux en détruire le principe :

“J’entends beaucoup parler de Constitution mais je n’ai point encore vu traiter la vraie difficulté de ce grand sujet. J’oserai presque la réduire à un seul point : celui de savoir à qui l’on confiera la disposition de la force militaire et par quels moyens on en préviendra les abus.

Avons-nous donc oublié que celui ou ceux qui sont les maîtres des soldats sont les maîtres de tout le reste et qu’il faut dans ce bas monde toujours ramener la force morale à la force physique ? Combinez vos corps politiques avec tout le génie des Solons, des Lycurgues et des Montesquieus, divisez admirablement les pouvoirs exécutifs, législatifs et judiciaires, qu’ils soient bornés, arrêtés l’un par l’autre et que tous ensemble marchent à leur but sans usurpation et sans gène ; établissez enfin le gouvernement le plus parfait dans toute son économie, un homme à la tête de quelques soldats paraît s’avancer souffle sur votre grande machine et il la dissipe comme de la poussière.

L’histoire entière n’a pas cessé de nous instruire de cette terrible vérité. Mais si nous l’avions oubliée, l’histoire de notre dernière révolution nous en aurait bien rafraîchi la mémoire. Dans cette révolution composée de sept ou huit autres révolutions, quelle est celle qui n’ait été le produit de la force armée ? La dernière (ceci soit dit en passant sans aucune espèce de flatterie) est la seule qui ait été légitimée par le véritable assentiment de la nation.

Quand on vente la constitution d’Angleterre, le dirai-je, on ne parle jamais de la véritable cause de son bonheur et de sa stabilité. Cette cause n’est point dans la division et le balancement des pouvoirs. Cette institution est fort belle sans doute mais de quoi eut-elle servi devant un roi à la tête de cent mille hommes disciplinés et obéissants.

Quelle est donc la vraie raison du salut et de la durée de cette constitution si souvent présentée comme un modèle ? Vous la trouverez uniquement dans la constitution physique de l’Angleterre qui a déterminé la nature de sa force militaire : en un mot l’Angleterre est une île, sa force armée ne consiste et ne peut consister que dans des armées navales et jamais un roi ne pourra subjuguer avec des vaisseaux un parlement qu’il dissiperait avec quelques régiments d’infanterie et de cavalerie.

L’armée de terre très faible en Angleterre est de plus constituée de manière qu’elle appartient plus à l’État qu’au roi et c’est un nerf que le parlement couperait à l’instant si le monarque tentait de le faire agir contre le gouvernement.

Pourquoi les États-Unis n’ont-ils point éprouvé et n’éprouveront-ils probablement de longtemps des révolutions ? C’est que leur situation à l’extrême du globe les exempte du besoin d’une armée continue et qu’ils peuvent tenir dans le fourreau ce glaive qui coupe tous les nœuds de la politique.

Quelles furent les causes de la durée des républiques helvétiques ? Elles ne voulurent point avoir d’armée toujours subsistante et la force militaire toujours divisée et comme éparse dans la masse des citoyens ne pouvait être rassemblée que dans le cas d’une guerre défensive et si ces gouvernements viennent d’être détruits, c’est qu’ils ont trouvé leurs soldats plus disposés à les attaquer qu’à les défendre.

Comment périt la liberté de la Hollande ? Par les armées que les guerres étrangères forcèrent d’abandonner au Stathouder.

Revenons à la France. Son étendue, sa position, les puissances qui l’environnent l’obligent à entretenir environ deux-cent-mille soldats sur pied. Je le demande : A qui confiera-t-on cette force immense ? Comment en réglera-t-on l’usage ? Comment en préviendra-t-on les abus ? Certes, la question est ardue.

Quelques politiques se sont figurés qu’on pouvait arrêter la puissance militaire par la puissance fiscale. Celui qui dispose de l’argent disent-ils, disposent aussi des soldats. Rendez-vous maître de l’argent, disent-ils, et vous serez maître des armées.

Le mot de César est bien plus vrai : “Avec du fer, on a de l’or” mais celui-ci ne l’est pas autant : “Avec de l’or, on a du fer.” Témoin l’Espagne : Avec le fer de Cortès, elle conquit tout l’or du Mexique et avec l’or du Mexique, elle ne put conquérir la France divisée ni conserver les Pays-Bas révoltés. Non, la puissance fiscale n’est pas une barrière contre la puissance militaire et les contributions fiscales sont bien plutôt payées à l’ordre d’un soldat qu’à la demande d’un collecteur.

Quand il s’agit des forces morales, on peut trouver des contre-poids, opposer intérêt à intérêt, passions à passions et des corps politiques à des corps politiques mais lorsqu’il est question de la force physique, on ne peut l’arrêter que par une force physique supérieure. Car se flatter d’arrêter la force physique par la force morale, de retenir par exemple des soldats par l’amour de la patrie : illusions, illusions… Lisez l’histoire romaine, voyez marcher à la conquête de Rome les soldats de Marius, ensuite ceux de Scylla, enfin ceux de César et cette longue suite de romains tous assassins de leur patrie.

Les législateurs des anciennes républiques de la Grèce avaient trouvé plus sûr de supprimer le sujet de la difficulté que de le résoudre et ils ne gardèrent point d’armée toujours subsistante dans l’État. Mais vous politiques des temps modernes qui ne pouvez point vous passer d’armées comment ferez-vous pour les supporter ? Vous ne pouvez pas tous cacher vos républiques dans des lagunes comme Venise pour de là exiler votre armée dans la terre ferme. Quel moyen embrasserez-vous donc ? Je l’ignore. Mais je le répète : la force physique, voilà l’écueil de toutes vos théories et si vous voulez l’éviter, ne le perdez jamais de vue.

Mais n’y aurait-il point dans cette mer orageuse et profonde des courants si rapides qu’ils poussent presque inévitablement tous les navires sur cet écueil fameux ? En vérité, je le croirais et s’il faut tout dire, je crains bien que ce problème “disposer d’une grande force militaire de manière que celui ou ceux à qui on la confie n’en puissent abuser” ne soit la pierre philosophale de notre politique. Fasse le ciel que je me trompe, ce qui pour dire vrai arrive tous les jours.”

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search