Daniel Guérin réhabilité par les archives norvégiennes ?

Certains articles font date en matière d’historiographie de la Révolution française. C’est le cas de celui de l’historien italien Antonino de Francesco paru en 2010 dans les Cahiers d’histoire de la Révolution française sous le titre “Daniel Guérin et Georges Lefebvre, une rencontre improbable”.

Cet article démontre avec une indéniable efficacité que la relation entre les deux historiens de la Révolution française était déterminée par leur rapport à la Seconde guerre mondiale. La clef interprétative du rejet de l’oeuvre de Guérin par Lefebvre au lendemain de ce conflit réside d’après l’auteur dans le rejet du pacifisme du premier par le second.

Comme l’a souligné à juste titre Antonino de Francesco, il y a une dissymétrie relative entre le parcours du directeur de l’Institut d’histoire de la Révolution française dont le frère fut un martyr de la Résistance et celui de Guérin qui prit la décision de fuir la guerre en Norvège par pacifisme. Après la guerre, Georges Lefebvre ne se priva jamais de lui en faire le procès public à l’occasion de ses critiques acerbes du maître ouvrage de l’historien de tradition trotskyste intitulé La lutte des classes sous la Première République et portant sur le thème de la démocratie directe.

La violence de ces charges répétées était de nature à interroger tout lecteur sur l’attitude de Guérin pendant le conflit. C’est donc tout naturellement qu’Antonino de Francesco s’est intéressé aux traces laissées par le passage de Daniel Guérin en Norvège dans les archives de ce pays.

Les conclusions de ce travail avaient de quoi déconcerter. Un document d’archive de la police d’Oslo, que Monsieur de Francesco a eu l’extrême amabilité de nous communiquer, stipulait clairement que Guérin fut “employé par l’autorité publique allemande” pendant toute l’année 1941. Ce document venait donner un nouveau fondement historique aux invectives de Lefebvre en renvoyant à une possible collaboration politique de Daniel Guérin avec le régime nazi. La situation était d’autant plus délicate que les pièces complémentaires du dossier étaient déclarées perdues, le bâtiment de la police d’Oslo ayant brûlé à la fin de la Seconde guerre mondiale.

Des contacts en Norvège nous ont permis de pousser l’enquête plus loin et de trouver les pièces complémentaires du dossier de Daniel Guérin détenu par la police norvégienne. Il appert que l’historien est blanchi de tout soupçon de collaboration politique avec le régime nazi par ces documents. Guérin s’est trouvé être l’employé en Norvège d’un entrepreneur ayant repris l’exploitation d’une maison de vacances de la Wehrmacht où ce dernier avait décidé d’employer le réfugié français en tant que serveur pour des raisons liées à sa connaissance de la langue allemande. A aucun moment, le dossier ne fait mention d’une quelconque collaboration politique de Guérin avec l’armée allemande. Une telle situation aurait été de fait assez incongrue de la part d’un militant politique qui n’a jamais caché son opposition au régime nazi et dont les œuvres figuraient sur la liste Otto.

Au-delà de ces considérations relatives à l’histoire de la Seconde guerre mondiale, il nous semble important d’interroger le rapport de ces deux historiens au thème de la guerre sur le plan historiographique. Si Guérin concevait la guerre menée par la France à partir de 1792 comme l’aboutissement d’une dérive bourgeoise et autoritaire de la Révolution française, Lefebvre y voyait une circonstance extérieure à laquelle le gouvernement révolutionnaire avait dû s’adapter en renforçant son autorité. C’est tout le sens du débat sur la loi du 14 frimaire An II.

En d’autres termes, Guérin comme Lefebvre identifiaient un lien mécanique entre guerre et renforcement de l’autorité centrale mais en sens inverse. Or, c’est bien ce lien mécanique hérité de la tradition de la dictature romaine qu’il nous semble nécessaire de déconstruire aujourd’hui pour mieux comprendre le processus révolutionnaire comme série de choix politiques. Être en guerre n’implique pas mécaniquement la suspension des droits démocratiques. Une telle hypothèse empêche de comprendre comment la démocratie y compris directe a pu se maintenir voire se renforcer, sinon en droit du moins en fait, dans de nombreuses régions de France en pleine période de guerre révolutionnaire. Ce fut le cas par exemple dans les montagnes de la région de Grenoble.

Nous avons eu le plaisir d’échanger sur cette découverte documentaire avec les historiens Antonino de Francesco, Pierre Serna et David Berry. La richesse de ces échanges nous a convaincu de l’intérêt de partager plus largement le contenu de cette trouvaille avec la communauté des historiens et des curieux. Ces documents sont librement communicables et peuvent être réclamés auprès des Archives nationales norvégiennes maintenant qu’ils ont été identifiés grâce au travail conjoint réalisé avec l’historien norvégien Eirik Bøhn.

Jean-Loup Kastler

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search